Loi boursière et révision des comptes

La révision des compte en comptabilité japonaise est utilisée depuis 1948, année de la publication de la loi boursière et de la loi sur les experts comptables. Les normes de tenus de comptes ainsi que les normes en audit furent élaborées suite à une commission gouvernementale constituée la même année.

Premières normes d’audit :

Celles-ci furent apparues en 1950. En 1996, on en compte onze : quatre sur les sujets généraux, tris sur les points techniques et enfin les quatre dernières sur les rapports des réviseurs. Pour uniformiser les tenues de comptes et les révisions, des normes sont publiées en 1950 et 1956. Les procédures furent améliorés par les experts comptables japonais après 1950, puisque avant il n’existait quasiment pas d’audit d’entreprise. Dans ces débuts, un audit c’est seulement le suivi des procédures comptables de l’entreprise ainsi que ses méthodes de contrôle internes. On n’effectuait l’audit complet qu’en 1957.

Evolution de l’audit :

Depuis le boom économique du Japon, plusieurs sociétes japonaises doivent subir des audits à cause de leurs statuts. Toutes les entreprises à capital montant jusqu’à 500 millions de yens ou à dette montant jusqu’à 20 milliards de yens doivent réviser leurs comptes (qu’elles soient cotées ou non). Certaines entreprises qui reçoivent des subventions gouvernementales (comme les écoles privés) sont soumises à des audits et aussi les syndicats.
Par exemple, le 31 mars 1996, 3700 sociétés japonaises sont soumises aux audits selon la loi boursière, et 5000 sur 8700 selon le code de commerce. Des évolutions et changements sont opérés sur les méthodes d’audit et leurs exécutions depuis 1950. Ces changements sont faits en vue de normaliser la comptabilité en Japon, en ce jour c’est l’affaire de l’institut des experts comptables(JICPA) mais pas du gouvernement comme auparavant. Mais attention, les grandes lignes sur les procédures d’audit sont encore établies par le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *