Principes de comptabilité des entreprises

Ces principes (kygio Kaikei Gensoku) ont été publiés par le ministère des finances japonais en 1949 pour permettre d’uniformiser les méthodes comptables au niveau national.

Subdivision :

Ils sont divisés en plusieurs parties dont:

  • La préface : une partie importante qui explique que ces principes sont des séries de conventions comptables reconnues comme justes et fondées, ils doivent être obligatoirement appliqués par les entreprises. Elle stipule également que ces principes sont modifiables en fonction de l’évolution du code de commerce, de la loi,
  • Les principes généraux,
  • Les principes relatifs au compte de résultat,
  • Les principes relatifs au bilan.

24 notes explicatives sur les aspects conceptuels et les sujets techniques : la structure du bilan, du compte de résultat, les réserves.

Contenu et comparaison:

Ces principes insistent sur les comptabilités d’engagements, les correspondances entre charges et produits. En plus, ils montrent une tenue de compte focalisée sur le compte de résultat, contrairement à la comptabilité américaine qui elle est centrée sur le bilan.
Le code de commerce quant à lui met en relief le bilan, il favorise l’approche par le bilan. Il fut modifié plusieurs fois à cause de l’évolution survenue dans l’économie (par exemple elle était modifiée en 1962 pour se conformer au principe des coûts historiques appliquées dans les entreprises). Pour permettre une approche par le compte de résultat, le code donc autorise les entreprises à capitaliser des frais d’établissement, les dépenses de recherches,…
L’année 1963, pour les conformer au code de commerce, les principes furent amendés (mais il eut d’autres amendements en 1954, 1974, 1982). Par exemple, le fait d’exiger que les titres négociables soient évaluées à leurs coût d’acquisition, mais il faut constituer une provision pour prévenir une baisse de coût imprévue sur le marché.
L’amendement de 1974 a permis aux entreprises de constituer des provisions spéciales ceci toujours dans le but d’uniformiser et de rapprocher ces principes au code de commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *