Aides du royaume de Maroc et pratiques mafieuses

Le statut fiscal particulier du Sahara du Maroc risque la continuation des entreprises de la région du sud du Maroc.
En ce sens, les pouvoirs publics marocains sont invités à avoir la responsabilité pour contrecarrer ce phénomène.
Le royaume du Maroc est dans l’obligation de supporter la charge de la défiscalisation appliquée dans la région du sud du Maroc ainsi que les correctifs qui sont nécessaires en vue d’apporter des changements des distorsions.
A l’occasion d’un séminaire économique tenu à Agadir, Monsieur Said DOR, président de la chambre de commerce, de services et d’industrie de la même ville (CCSI Agadir) a pu déborder une problématique assez sensible qui se résume en détournement des subventions accordées aux provinces du sud du Maroc.
Un vrai problème que rare les personnes qui en discutent en plein public mais il reste à citer que la majorité des acteurs économiques du Nord du Maroc à infirmer ce genre de pratiques vu qu’ils payent très cher la gestion économique de la région du Sud.
Puisque le conflit persistait et pour des causes politiques, débattre sur la gestion économique des provinces du Sud du Maroc était considéré comme un sujet tabou ce qui a conduit la naissance de plusieurs pratiques mafieuses.
Ce problème remonte à 20 ans puisqu’à cette période, la région du sud du Maroc a tiré profit de plusieurs avantages comme l’exonération fiscale ce qui a poussé une grande partie de promoteurs immobiliers à choisir leur logement dans cette région.
Vu que ces acteurs économiques ont ressenti de la motivation à s’investir dans cette région, l’Etat a envisagé un programme d’équipement depuis le commencement de ce conflit pour que les entreprises ne trouvent plus de prétexte et plus particulièrement le manque d’infrastructure : aéroports, routes, ports et réseau de télécommunication sont des piliers assurés.
L’un des rêves de feu Hassan II était de développer le niveau d’investissement dans la région saharienne du Maroc ce qui était bien concrétisé sauf que des pratiques d’escroquerie et de détournements d’aides ont été ressenties. En effet, un nombre important de gérants d’entreprises ont songé à mieux bénéficier de ces aides fiscales sans qu’elles soient opérationnelles sur le champ : il faut juste créer sa société dans la région exonérée fiscalement de tout impôt (impôt sur les sociétés, la TVA, IGR et la patente). Pire encore, il n y avait pas de délégation d’impôts dans la région du sud du Maroc et tout cela a engendré la création de plusieurs entreprises qui concurrencent celles soumises aux impôts.
Les entreprises basées à Agadir demeure la ville la plus influencée des entreprises qui entourent la région saharienne du Maroc et dans tous les secteurs économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *