Comptabilisation et évaluation japonaise

En japon, l’estimation des valeurs mobilières se fait par rapport au coût ou au minimum de ce coût et la valeur de marché, on n’utilise donc pas l’approche portefeuilles comme dans beaucoup de cas mais le système de coût et valeur.

Provisions :

« Les principes de comptabilité des entreprises » japonaise précisent que la constitution de provisions est nécessaire pour les dépenses (éventuellement pertes) futures envisageables ; méthode assez proche de l’IASC.
Comme dans plusieurs pays et systèmes financiers, la constitution de provisions est réglementée par des lois. La plupart des entreprises donc se tiennent aux montants réglementaires.
Les pourcentages fixés par le fisc (varient selon le secteur d’activité) sont appliqués dans les calculs des provisions. Quant aux biens de locations financières, ils s’inscrivent au bilan de celui qui les prend en bail.

Engagements de retraites :

Les provisions d’engagements de retraites sont constituées selon la méthode de la « projection de l’unité » est utilisée pour le calcul de ceux-ci. Mis à part ça, des indemnités sont accordés pour les retraités par plusieurs entreprises dont le montant varie selon le contexte de départ de l’employé (renvoi, démission, départ normale), son ancienneté et de son salaire.

Actions de l’entreprise :

Il est interdit aux entreprises d’acheter ses actions propres sauf en cas de rachat pour annulation ou d’inclusion dans le plan d’intéressement des salariés (depuis 1995)

Reserve légale:

Le compte de réserve légale doit être constitué par la part des bénéfices distribuées, dont 10% de celles-ci jusqu’à atteindre 25% du capital d’actions. Ce réserve fait partie du patrimoine de l’entreprise et ne doit être distribué en aucun cas.

Instruments financiers :

Seuls les plus complexes sont décomposés en dettes et capitaux propres (cas des obligations à bons de souscription d’actions. Ce qui n’est pas le cas des obligations pouvant être convertis en actions. Les autres instruments financiers comme les options, futures … ne font pas encore l’objet de règles de comptabilisation exceptionnel.

Ajouter un commentaire