Définition des charges fixes et la méthode de leur imputation

Aperçue sur les charges fixes:

Les charges de structure (charges fixes) constituent une grande partie de charges qu’une entreprise doit enregistrer étant donné qu’elles influent sur le résultat comptable. On peut définir les charges fixes comme étant des frais qui doivent être liées à l’existence mais aussi à la continuité de l’entreprise pour progresser convenablement dans la chaîne de production. Elles sont considérées fixes vu qu’elles ne dépendent pas de volume de production et d’activité dans le court terme (année ou exercice comptable), une durée considérée par la comptabilité analytique comme appropriée pour faire des analyses plus précises. Pourtant, les charges structurelles se changent dans le long terme suivant des paliers. Pour plus de clarifications, on va vous donner certains exemples de charges fixes:

  • Les charges de location des locaux,
  • Les redevances d’assurance,
  • L’amortissement linéaire constant,
  • Les salaires des employés et cadres,
  • La maintenance des matériels industriels.

Imputation des charges fixes:

Comme on a vu dans les cours de comptabilité analytique, les charges de production se subdivisent en deux parties coûts variables et coûts fixes qu’on va traiter dans ce cours avec la méthode de l’imputation rationnelle.
Les charges fixes sont affectées suivant un coefficient d’activité adéquat au processus habituel de l’activité pour toute entreprise. En effet, les charges fixes seront attribuées selon le degré d’activité au sein de l’entreprise. A titre d’exemple, si on a utilisé tous les éléments fixes de l’entreprise à 20%, on va imputer juste 20% de charges fixes. Voila les règles de calcul à retenir pour cette méthode:

  • Coefficient d’imputation rationnelle= Activité constatée/activité normale,
  • Charges fixes imputées=Charges fixes réelles x Coefficient de l’imputation rationnelle,
  • Cout d’imputation rationnelle= Charges variables réelles+charges fixes imputées.

Ajouter un commentaire