Évaluation de créances douteuses libellées en monnaies étrangères

Le document 67 du Conseil national de la comptabilité recommande dans le cas de créance improbable ou douteuse en tout ou partie que la dévalorisation de la créance touche la valeur primitivement comptée ou couverte. La déférence de changement est limitée à la part jugée percevable de la créance. Par conséquent, cette notion soutient la partie improbable ou litigieuse à son montant originellement comptabilisé.

Gestion des stocks:

Le diagnostic de la gestion des stocks commence par leur évaluation aux différentes étapes du processus de production.
Il se poursuit par la comparaison avec les habitudes qui prévalent dans le secteur d’activité de l’entreprise. La centrale de Bilans de la banque de France fournit deux ratios pour chaque secteur d’activité économique: le ratio de rotation des stocks d’approvisionnement et celui de rotation des stocks de produits finis.
Il s’achève par l’évaluation des coûts et des contraintes de la gestion actuelle.

Coûts:

Ils présentent plusieurs aspects pas toujours optimaux en raison des contraintes:

  • Coût de possession financier : perte de rétribution potentielle du capital immobilisé en stocks,
  • Coût de stockage : coût lié aux activités de magasinage tels que l’amortissement des locaux, les charges de main d’œuvre, d’électricité et d’entretien,
  • Coût de passation des commandes : coûts administratifs et de négociation engendrés par la préparation et l’exécution des commandes,
  • Coût de pénurie : perte entraînée par l’absence de produits en stock à un moment donné.

Pratiquement, la saisie et l’évaluation des différents éléments du coût posent des problèmes considérables en particulier le coût de pénurie.

Contraintes:

Elles sont à la fois internes et externes:

  • Contraintes internes : les capacités de stockage sont limitées par les capacités financières et les produits ne peuvent être stockés indéfiniment en raison du progrès technique.
  • Contraintes externes : les livraisons ne sont pas toujours maîtrisables car elles se font souvent à une date fixée par le fournisseur par lot plutôt qu’à l’unité et dépendent des ristournes obtenues. Une gestion de la production inefficiente entraîne des coûts qui affectent la rentabilité de l’entreprise et à plus longue échéance sa solvabilité.

Ajouter un commentaire