Nature des agents dont on analyse les actions

Il est sans doute très essentiel de définir quels sont les objets dont on observe les faits dans une hypothèse économique. A cette attention, une différenciation essentielle porte sur les hommes et les groupes. La micro-théorie aborde spécialement de jugements et de choix fait par les individus, chefs de ménage ou entrepreneurs-entendus au sens de lignages et d’entreprises inventés ou irréels et non réels. La macro-théorie traite aux comportements d’ensemble d’organisations économiques en dépendance avec des quantités économiques entières connues par hypothèse ou par épreuve.

Toutefois, cette différenciation n’est pas acceptable car elle ne porte pas précisément sur la manière dont les individus se classent en groupes. “Les analyses par stabilité fragmentaire” traitent d’un grand nombre de personnes regroupées suivant les besoins par exemple, en une seule proposition et une seule sollicitation sur un marché et de leurs jugements ou gestes en rapport avec une marchandise authentique. Par exemple, tous les promoteurs actuels ou potentiels de saucisses sont assemblés en une manufacture de la saucisse et leurs réflexes spécifiques aux variations de prix sont notés dans une fonction d’offre. De même, on regarde tous les acheteurs actuels ou virtuels de saucisses et la réponse du groupe figure dans une action de demande. Nécessitera-t-il dire donc qu’en introduisant ces groupes spécifiques dans le modèle d’un marché, on créé un macro-modèle ? Ou faut-il conserver ce dernier mot à d’autres utilisations pour définir par exemple des groupes d’organisations économiques moins cohérents et leur conduite à l’attention de quantités globales complètement hétérogènes ?

En principe, on pourrait faire seulement de la micro-théorie une théorie portant sur les objets de décisions économiques comme les ménages et les entreprises pris dans leur nature. Mais si, par autre part, une micro-théorie est une théorie qui aborde uniquement de sommes entières totalement hétérogènes comme le revenu intégral et la consommation totale, le “domaine du milieu” demeure sans nom. La subdivision de la théorie économique sera alors irréalisable parce que tout ce qui se situe entre l’individu particulier et l’ensemble de la nation entre la particule et l’univers ne serait pas estimé. Pour fuir à ce dilemme, il est essentiel d’étendre le concept de micro-théorie et d’y rattacher les modèles de conduite de groupes et sous-groupes en face de marchandises ou des concepts de biens ou services. Mais, cela fait que la différenciation entre propriétaire et groupes ne peut plus aider comme épreuve pour séparer la micro et la macro-économie.

Ajouter un commentaire