Science économique centrale

La science économique « centrale » a répondu à la difficulté des faits par la simplicité des théories en essayant de développer les faits par décompte à partir d’un modèle très simple de l’homme. Cet homme économique se contente de maximiser son intérêt individuel défini a priori avec des capacités de calcul sans limite. Bien que l’on trouve quelques figures plus importantes et plus humaines dans la littérature économique, cette approche reste assez supérieure. En effet, elle donne de convenables traits acceptant de se partager de savoir de la psychologie et même d’aviser aux sociologues que l’on va leur développer toutes leurs questions.

La science économique centrale accepte de créer un nombre illimité de petits modèles mathématiques assez compliqués chacun pour diriger un éclaircissement d’un modèle de faits (en faisant varier les structures d’interaction et d’information). Cela a la qualité d’offrir des explications à la fois délicates et mécaniques de ces faits qui sont réalisables mais sont aussi peut-être fausses.

Cette approche contente au mieux les idéales métaphysiques classiques des sciences de simplicité et de totalité. Certes, ce modèle de l’homme est chimérique car les individus ont des règles éthiques, des préférences fragiles, des sentiments et ils ne peuvent ou ne désirent repousser les projets que beaucoup moins loin que ne le présument l’hypothèse des jeux, « les avances rationnelles » et les autres attentions de cette idée. Mais, cet utopisme même est un atout aux yeux de certaines philosophies des sciences agissantes (Popper) pour qui les théories qui semblent les plus erronées sont les meilleures tant qu’on n’a pas prouvé qu’un de leurs effets est opposé aux faits.

Quand les données sont statistiques, le problème est que cette « contestation » portent sur des incertains qui ne se répercutent pas aux individus, eux-mêmes (mais aux marchés, aux firmes ou à l’économie nationale) et supportent toutes les autres attractions. La science économique devrait donc faire attention à tout ce que l’on connait sur l’homme, de ce que nous en parlent la psychologie et même l’observation ordinaire d’autant plus que l’hypothèse d’annuité personnelle prise comme un autoritaire universel est opposé.

Ajouter un commentaire